Ressources naturelles

La Fresque du Numérique
Aurélien Déragne Yvain Mouneu

Beaucoup de matériaux ne se recyclent pas : ils se décyclent, c'est à dire qu'ils perdent en qualité à chaque cycle. Après avoir été "cyclés" quelques fois, ils deviennent non recyclables.
De plus, tout procédé industriel de recyclage doit être alimenté en énergie et en matières premières.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Quand on parle de l'intensité carbone ou de l'intensité matérielle d'une économie, on rapporte une empreinte écologique au PIB (même chose avec la productivité carbone).



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Le pic pétrolier risque d’entraîner dans son sillage une contraction généralisée de la consommation d’énergie, de la disponibilité en matières premières et donc du système productif.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

Certaines interactions entre les écosystèmes et les espèces permettent des processus de régulation :
- maintien de la fertilité des sols
- recyclage des déchets
- limitation des nuisibles
- filtration de l'eau et de l'air
- structuration des sols
- régulation du climat



La Fresque de l'Alimentation
Julien Briton Thomas Moulin

75% du milieu terrestre est « sévèrement altéré » par les activités humaines (marin = 66%).



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'intensité matérielle de l'économie mondiale (la quantité de matières premières extraites par point de PIB) a augmenté de 60% entre 1900 et 2009.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Si plus de 3% du méthane issu des opérations de forage de gaz de schiste fuyait dans l'atmosphère (les fuites actuelles estimées vont de 3,6% à 7,9%), cela amènerait l'empreinte carbone du gaz naturel à hauteur de celle du charbon.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Sur les 100 milliards de tonnes de ressources extraites chaque année à l'échelle de la planète, 37 milliards sont irrécupérables.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Que pouvons-nous vraiment nous permettre de produire pour préserver l'habitabilité de notre planète ?



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Apple en scope 1 (émissions directes liées à la production) et en scope 2 (émissions indirectes associées à l'énergie acheté par l'entreprise) représente moins de 1% de son empreinte en scope 3, c'est-à-dire de l'empreinte associée à toutes les autres émissions indirectes : celles des biens et services utilisés par l'entreprise, de ses déchets, du transport de ses matières premières, de la construction des infrastructures permettant son approvisionnement, de ses actifs financiers et de ses franchises, de l'utilisation des produits vendus, etc.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Il faut 70 kg de matières premières pour produire un seul smartphone, soit 600 fois le poids d'un téléphone.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'extraction de matières premières a été multipliée par 12 entre 1900 et 2015, avec une accélération constante depuis le début du XXIème siècle.



La grande encyclopédie visuelle des sciences
Gallimard Jeunesse

Outre les gaz majeurs qui la composent, l'atmosphère terrestre renferme, en quantités beaucoup plus faibles, d'autres gaz tel le dioxyde de carbone, le méthane et la vapeur d'eau, qui interviennent dans l'équilibre des températures de la surface du globe.



La biologie en BD
Larry Gonick Dave Wessner

L'écologie est l'étude des environnements, de leurs biomes et de l'ensemble des interactions qui ont lieu au sein de ces biomes. En résumé c'est l'étude des écosystèmes.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'empreinte matérielle de l'ensemble des nations de l'OCDE a doublé entre 1990 et 2008 en relation directe avec l'activité économique, chaque augmentation de 10% du PIB s'accompagnant d'une augmentation de 6% de l'empreinte matérielle.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

La production de panneaux solaires d'une capacité de 1MW nécessite presque 3000 tonnes d'eau.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Appliquant une nouvelle technique de modélisation (la dynamique des systèmes), Dennis et Donella Meadows construisirent "World3", un modèle sur ordinateur qu'ils utilisèrent pour simuler douze scénarios prospectifs étudiant l'évolution de la production industrielle, la croissance démographique, la production de nourriture, la raréfaction des ressources, et la pollution.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

L'Industrie correspond au processus de transformation de ressources en produits consommables ou utilisables par l'Homme.
Les industries durant leur production, ou via l'extraction de ressources minières ou fossiles, sont responsables de :
- pollutions
- destruction des habitats
- surexploitation des ressources naturelles.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Un rapport de 2011 estime que l'extraction de matériaux nécessite de déplacer trois fois plus de matière qu'il y a un siècle.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

Un baril (de pétrole) doit me rapporter plus qu'un baril. Ce taux de retour sur investissement énergétique se dégrade.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

Jean-Baptiste Say : "Les ressources sont gratuites, sinon on ne les aurait pas pour rien".



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

En 2020, l'économie mondiale a consommé 100,6 Gt de ressources naturelles : 50,8 Gt de minerais, 10,1 Gt de métaux, 15,1 Gt de combustibles fossiles, et 24,6 Gt de biomasse.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

L'indium, le gallium [...], tout ce qui est terre rare [...] est recyclé à moins de 1%.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Les énergies renouvelables demandent 10 fois plus de métaux par kilowattheure que leurs homologues fossiles.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

En 1992, le citoyen du Nord consommait en moyenne 3 fois plus de céréales et d'eau potable, 5 fois plus d'engrais, 10 fois plus de bois et d'énergie, 14 fois plus de papier, 19 fois plus d'aluminium que le citoyen du Sud.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

La surexploitation des ressources naturelles désigne le prélèvement excessif d'espèces (animales, végétales, ...) dans leur milieu et cause d'importants bouleversements dans les chaînes alimentaires.
Il s'agit de la deuxième cause directe d'érosion de la biodiversité.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

Les réservoirs d'eau douce sont régulés par la biodiversité : certains écosystèmes, végétaux et bactéries influent sur la circulation, le stockage et la qualité de l'eau douce disponible.
Près de 75% des ressources mondiales disponibles en eau douce sont destinées à l'agriculture ou à l'élevage.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

La construction d'une voiture électrique demande 6 fois plus de matériaux qu'une voiture thermique.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

Le néodyme permet de faire des aimants qui ont une force magnétique très compacte.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Le recyclage d'une tonne de feraille permet d'éviter l'équivalent de 57% des émissions de CO2 nécessaires à la production d'une tonne d'acier primaire.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

Les limites de la croissance sont définies à la fois par le volume de stocks disponibles de ressources naturelles non renouvelables et par la vitesse de régénération de la biosphère pour les ressources renouvelables.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

C'est la règle fondamentale de toute économie écologique : la vitesse économique de consommation-rejet ne doit jamais dépasser la vitesse écologique de régénération-assimilation.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

L'économie transforme l'abondance naturelle en rareté par la création artificielle du manque et du besoin à travers l"appropriation de la nature et sa marchandisation.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

Le titane c'est le colorant blanc universel, il y a 95% du titane qui est utilisé sous cette forme-là.



De l’utopie atomique au déni climatique
Jean Baptiste Fressoz

Si vous prenez les 60 principales matières premières que l'on consomme dans le monde depuis 1960, il n'y en a que 5 qui ont diminué, à cause d'interdiction au niveau national. Par exemple l'amiante, ou le mercure pour des raisons de toxicité. La seule matière importante qui a décru depuis 1960 pour des raisons d'obsolescence technique est la laine de mouton.



Océan et climat
Jacques Merle

Bien que la zone côtière du Pérou soit un désert brûlant, l'océan qui la borde est froid et très productif biologiquement, car enrichi en sels nutritifs du fait des remontées d'eaux profondes et froids [..] : C'est l'upwelling.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Alain Granjean nous rappelle : ”La croissance du PIB s’accompagne de la hausse d’émissions de gaz à effet de serre, et plus généralement de celle de la pression sur les ressources et sur les pollutions”, sur les écosystèmes et le vivant dans son ensemble.



La Fresque de l'Alimentation
Julien Briton Thomas Moulin

Plusieurs éléments peuvent expliquer l'importation de fruits et légumes : concurrence des prix, produits exotiques, saisonnalité, production trop faible...



De l’utopie atomique au déni climatique
Jean Baptiste Fressoz

L'histoire de l'humanité, que ce soit pour l'énergie ou toutes les matières est une histoire d'accumulation. On consomme de plus en plus de toutes les matières et un éventail de matières plus important.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Il est donc mathématiquement impossible de produire plus l'année d'après en utilisant seulement les déchets disponibles.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

La biodiversité produit des matières premières pouvant être transformées grâce à l'industrie telles que :
- du bois
- des fibres et résines végétales
- des matières animales.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Les découvertes de gisements exploitables n’ont jamais été aussi faibles et la production de pétrole conventionnel a franchi son pic à la fin des années 2000.



Philippe Bihouix : Le mensonge de la croissance verte
Philippe Bihouix

On trouve pas tout dans les nodules polymétalliques. On trouve du manganèse et certainement d'autres métaux, mais sûrement pas tous les métaux de la table de Mendeleïev.