$

Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Les modèles qui intègrent les pertes économiques du changement climatique montrent que le coût mondial de la limitation du réchauffement à 2°C au cours du 21e siècle est inférieur aux avantages économiques mondiaux de la réduction du réchauffement.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

Les contraintes financières sont des indicateurs importants des premières limites d'adaptation selon le secteur et la région (fiabilité forte).



Greenwashing : Manuel pour dépolluer un débat public
Aurélien Berlan Guillaume Carbou Laure Teulières

Désormais, il faut choisir : assurer la durabilité du capitalisme industriel ou celle de la Terre, de la vie et des sociétés humaines. Choisir la vie signifie œuvrer à l'établissement de "sociétés soutenables" plutôt qu'à la persistance d'un "développement" insoutenable.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Dans sa "matrice des besoins fondamentaux", l'économiste Manfred Max-Neef répertorie neuf types de besoin : subsistance, protection, affection, compréhension, participation, loisir, création, identité et liberté.



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

Les solutions possibles face à l'élévation du niveau des eaux sont propres à chaque lieu et doivent être évaluées individuellement, en fonction de leur coût et de leur efficacité à long terme. Les digues, par exemple, vont vite à construire, mais elles coûtent cher et ne sont pas toujours efficaces sur le long terme.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Dans le Sud de l’Espagne, la péninsule d’Almeria est recouverte de serres destinées à la culture intensive de fruits et légumes sur une superficie équivalente à trois fois Paris (31 000 hectares). Dans cette « mer de plastique », la main-d’œuvre se compose principalement de travailleurs saisonniers immigrés d’Afrique du Nord, logés dans des bidonvilles. Ils endurent jusqu’à douze heures par jour des conditions de travail accablantes (températures atteignant 50°C, pauses quasi-inexistantes, exposition aux pesticides et aux particules cancérigènes) et ne bénéficient pas de protection sociale ni du salaire minimum légal.



Dépasser les constats Mettre en oeuvre les solutions
Haut Conseil pour le Climat

Les cultures de légumineuses, qui fixent l’azote atmosphérique, permettent de réduire l’utilisation d’engrais minéraux. Elles font l’objet de financements renforcés à hauteur de 250 M € sur la période 2020-2027, principalement fléchés vers l’augmentation des surfaces cultivées et l’adaptation des filières de stockage et de transformation. Le développement des cultures de protéagineux sur le sol français vise également à réduire l’empreinte carbone liée à leur importation, qui peut être responsable de la déforestation dans certains pays producteurs.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

Le nombres de réponses pour s'adapter au réchauffement dans les villes augmentent, mais leur faisabilité et leur efficacité dépend des capacités institutionnelles, technologiques et financières, et de la capacité de coordination des réponses en lien avec les infrastructures physiques, sociales et naturelles.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

Les limites de la croissance sont définies à la fois par le volume de stocks disponibles de ressources naturelles non renouvelables et par la vitesse de régénération de la biosphère pour les ressources renouvelables.



Manger demain
Frédéric Wallet

En 15 ans, la part qui revient aux agriculteurs s'est effondrée, et l'essentiel de ce que nous payons rétribue toujours et avant tout les grandes surfaces, les importations et les industriels.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

On paye du travail humain et des rentes humaines pour accéder à une énergie qui, elle, est gratuite. L'argent ne sert à payer que des hommes.
Comme ce que tu paies n'est pas l'énergie elle-même, mais le travail consacré à l'extraire, son prix n'est pas fixé par l'abondance de sa présence dans l'environnement.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Dans le cas d'un découplage absolu, en revanche, la croissance du PIB coïncide avec la baisse des émissions.



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

Des études ont montré que, mis bout à bout, même des changements mineurs peuvent alléger de façon significative l'empreinte carbone d'une personne. On peut, par exemple, remplacer un trajet quotidien en voiture par un trajet à vélo. En outre, le vélo est financièrement plus rentable que la voiture.



Manger demain
Frédéric Wallet

L'impact environnemental de l'alimentation dépend aussi du niveau de vie : si les 10% les moins riches de la population française génèrent en moyenne 2,51 tonnes annuelles de GES pour se nourrir, les plus riches mangent plus de viande rouge et émettent 4,76 tonnes de GES par an, soit presque deux fois plus.



Manger demain
Frédéric Wallet

A niveau mondial, la baisse de fertilité et celle des rendemets agricoles due à la baisse de biodiversité des sols nous coûtent aujourd'hui 40 milliards de dollars par an, et ce chiffre va aller en s'aggravant rapidement. Une étude publiée en février 2018 par la Commission européenne évaluait à 1,25 milliard d'euros par an le coût de l'érosion des sols pour les agriculteurs européens. Cette érosion touche plus de 12 millions d'hectares de terres, soit 7,2 % des terres agricoles européennes.



Manger demain
Frédéric Wallet

En 1960, 34,6% de nos dépenses servaient à nous nourrir. Aujourd'hui, 20,4% de nos dépenses sont consacrées à notre alimentation.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Une boulangère dépressive serait aussi incapable de produire une baguette qu'une boulangère sans four ni farine. Autrement dit : toute activité économique s'appuie sur une activité extra-économique.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

Par exemple la finance, le fait que les banques françaises financent encore énormément des projets d'énergie fossile, ça c'est un gros enjeu. L'enjeu des subventions publiques, c'est un autre gros enjeu. La question de la rénovation thermique des bâtiments c'est un gros enjeu. La question des modèles d'agritculture industrielle c'est un autre gros enjeu.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Alain Granjean nous rappelle : ”La croissance du PIB s’accompagne de la hausse d’émissions de gaz à effet de serre, et plus généralement de celle de la pression sur les ressources et sur les pollutions”, sur les écosystèmes et le vivant dans son ensemble.



La Fresque de l'Alimentation
Julien Briton Thomas Moulin

L'industrie agroalimentaire s'approvisionne principalement de l'agriculture conventionnelle et alimente les grandes surface.
Tout comme les grandes surfaces, elle exerce une forte pression économique sur les différents acteurs en amont et en aval.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

En 2004, les grandes majors pétrolières investissent 70 milliards de $ pour extraire 17 milliards de barils par an.
En 2014, elles investissent 300 milliards de $ pour extraire 14 milliards de barils par an.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

Il y a 70 ans, les agriculteurs recevaient entre 45% et 60% de ce que les consommateurs dépensaient pour leur nourriture. En 2002, ils ne touchaient que 18% en France, 7% au Royaume-Uni, et même 3,5% aux Etats-Unis.



Dépasser les constats Mettre en oeuvre les solutions
Haut Conseil pour le Climat

En métropole, les sécheresses répétées entraînent le retrait-gonflement des argiles, dont les dommages en forte progression représentent l’un des impacts les plus coûteux du réchauffement climatique



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

1% de croissance des brevets sur des technologies environnementales est associée à 0,005% de réduction de l'empreinte écologique, une corrélation marginale (pour comparer, chque point de croissance du PIB fait augmenter les émissions de 0,2%).



Dépasser les constats Mettre en oeuvre les solutions
Haut Conseil pour le Climat

La loi européenne sur le climat et le paquet « ajustement à l’objectif 55 », en cours de discussion, imposent une accélération sans précédent de la baisse des émissions dans dans tous les secteurs. à l’international, l’objectif de neutralité carbone, adopté par un nombre croissant de pays, nécessite des engagements renforcés à l’horizon 2030 et des financements pour l’adaptation des pays en voie de développement au minimum cohérents avec les engagements déjà pris.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

En France 50% des vols sont le fait de 2% de la population. En Europe, les 1% les plus riches ont des émissions liées à l’aviation de plus de 20 t CO₂e.



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

Ce que vous achetez a souvent un impact majeur sur l'état et les valeurs de votre société



Manger demain
Frédéric Wallet

En France, un quart des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté, 26 000 foyers agricoles sont au RSA et de nombreux paysans recourent à l'aide alimentaire...



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

De 2010 à 2019, il y a eu une diminution des coûts unitaires de l'énergie solaire (85 %), de l'énergie éolienne (55 %) et des batteries au lithium-ion (85 %). (fiabilité forte)



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

La limite sociale du temps de travail disponible constitue, après la limite écologique des ressources naturelles, un deuxième mur indépassable pour une économie qui chercherait à croître perpétuellement.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

La perte de productivité des activités agricoles et la baisse de la production vont faire augmenter les prix, réduire les revenus des ménages, et conduire à des risques de malnutrition et de mortalité climatique, avec un très faible niveau d'adaptation, particulièrement dans les régions tropicales (fiabilité forte).



Le futur, entre 5G et Amish - Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix [ En direct ]
Philippe Bihouix Nicolas Meilhan

30 000 Renault Zoe seront vendues en France pour l'année 2020.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Dans leur étude « Carbon and inequality : from Kyoto to Paris » Lucas Chancel et Thomas Piketty précisent : « Parmi les individus les plus émetteurs de la planète en 2013, nos estimations mettent en avant les 1% les plus riches Américains, Luxembourgeois, Singapouriens et Saoudiens, avec des émissions annuelles par personne supérieures à 200 t CO2e. A l’autre extrémité de la pyramide des émetteurs, on retrouve les individus les plus pauvres du Honduras, du Mozambique, du Rwanda et du Malawi, avec des émissions 2000 fois plus faibles, proches de 0,1 t CO2e par personne et par an. »



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

C'est la règle fondamentale de toute économie écologique : la vitesse économique de consommation-rejet ne doit jamais dépasser la vitesse écologique de régénération-assimilation.



La Fresque du Climat
Cédric Ringenbach

Pour continuer à skier, on ajoute de la neige grâce aux canons à neige. Ces canons puisent dans les ressources en eau douce. Pour stocker l’eau, on modifie les écosystèmes, pour l’acheminer, on utilise des ressources énergétiques.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

Le prix du kWh issu d'une source diffuse, peu dense comme l'air, est multiplié par un facteur de l'ordre de 100 par rapport au kWh provenant d'un puits de pétrole Saoudien.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

En France, les 10% des ménages les plus fortunés gagnent en moyenne 7 fois plus que les 50% les plus pauvres, et un ménage appartenant à ce décile supérieur émet en moyenne 14,7 t équivC02, soit 5 fois plus que la moitié la plus modeste des Français.



Manger demain
Frédéric Wallet

En 1980, la grande distribution fournissait 27,9% de nos achats alimentaires. En 2018, les hyper et les supermarchés concentrent 64,5% de nos achats alimentaires.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Le transport routier fera également face à d’importantes difficultés puisque celui-ci dépend presque à 100 % du pétrole et que la transition énergétique de ce secteur est au mieux à peine entamée. Cela générera une augmentation des coûts pour l’ensemble des chaînes de production alimentaires



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Les flux financiers annuels destinés à l'atténuation et l'adaptation climatiques ont augmenté jusqu'à 60 % entre 2013/14 et 2019/20 (en USD2015), mais la croissance moyenne a ralenti depuis 2018 (fiabilité moyenne).



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Le problème, c'est que le progrès technique des économistes mesure des valeurs d'échange et non des valeurs d'usage.



Manger demain
Frédéric Wallet

Le système agro-alimentaire français est un sablier : 436 000 exploitations agricoles pour 300 entreprises agroalimentaires qui concentrent 85% du marché, pour 6 centrales d'achat qui concentrent 92% du marché des 67 millions de consommateurs.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Les 10% les plus riches de la planète sont responsables d’environ la moitié des émissions de CO₂ mondiales.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Une décroissance de l'aviation dans un esprit de justice sociale consisterait à renchérir l'accès à l'avion pour ceux qui volent beaucoup (saufs exceptions type associations humanitaires, diplomaties, scientifiques, etc.) pour permettre à ceux qui ne l'ont jamais pris d'en profiter sans pour autant mettre en péril la stabilité climatique.



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

Jusqu'à récemment, la croissance économique était inextricablement liée à l'augmentation des émissions de CO2. Une mesure récente de l'intensité des émissions mondiales montre que 768g de CO2 est émis pour chaque dollar américain de PIB généré.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

L'augmentation des revenus par l'augmentation de la productivité des machines a permis l'avènement des classes moyennes.



L'Anthropocène
Erle Ellis

Est-il exact de dire que l'Homo sapiens dans son ensemble est à l'origine du changement climatique mondial rapide ? De toute évidence, non. Les nations et les personnes riches utilisent beaucoup plus d'énergie et émettent beaucoup plus de dioxyde de carbone que les pauvres.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

L'économie transforme l'abondance naturelle en rareté par la création artificielle du manque et du besoin à travers l"appropriation de la nature et sa marchandisation.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'objectif de l'éco-innovation est de découpler le plus possible la production socialement utile des pressions environnementales, c'est-à-dire de réduire la codépendance écologique de l'économie.



La Fresque du Climat
Cédric Ringenbach

La fonte des glaciers engendre un manque de neige en montagne. C’est compliqué de skier dans ces conditions !



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Apple en scope 1 (émissions directes liées à la production) et en scope 2 (émissions indirectes associées à l'énergie acheté par l'entreprise) représente moins de 1% de son empreinte en scope 3, c'est-à-dire de l'empreinte associée à toutes les autres émissions indirectes : celles des biens et services utilisés par l'entreprise, de ses déchets, du transport de ses matières premières, de la construction des infrastructures permettant son approvisionnement, de ses actifs financiers et de ses franchises, de l'utilisation des produits vendus, etc.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

La suppression des subventions aux énergies fossiles réduirait les émissions, améliorerait les recettes publiques et les performances macroéconomiques et produirait d'autres avantages en matière d'environnement et de développement durable ; elle peut aussi avoir des effets distributifs négatifs, notamment sur les groupes les plus vulnérables sur le plan économique, qui, dans certains cas, peuvent être atténués par des mesures telles que la redistribution des recettes économisées, qui dépendent toutes des circonstances nationales (fiabilité forte).



Réaliste
Bertrand Piccard

Puisque l'hydrogène n'existe pas sur Terre à l'état natif, il doit être produit à partir d'autres éléments, ce qui consomme de l'énergie, contrairement au pétrole qu'on trouve déjà formé par la Nature. Aujourd'hui la quasi-totalité de l'hydrogène est dit "gris", car produit à partir de méthane, ce qui est peu coûteux mais engendre du CO2.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

On parlera de découplage par le haut lorsque c'est la variable économique qui s'émancipe de la variable écologique. A l'inverse, un découplage par le bas décrit une situation où la variable économique reste plus ou moins constante alors que la variable écologique baisse.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

On doit à ce rassemblement la première définition de la décroissance : une transition volontaire vers une économie juste, participative et écologiquement durable.



La Fresque du Climat
Cédric Ringenbach

Les diminutions d’activités touristiques et les variations dans la qualité des produits de terroirs ont des répercussions économiques. De même, les dégradations de biens dues à des évènements climatiques ont des impacts économiques.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Sur 100 euros d’achats alimentaires, seuls 6,5 euros sont perçus par les agriculteurs français.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

La coopération internationale et les gouvernements facilitent le développement de la résilience à tous les niveaux en travaillant avec les communautés, la société civile, le corps enseignant, les instances scientifiques et toutes les institutions, médias, investisseurs et le monde des affaires; mais aussi en développant les partenariats avec les groupes marginalisés, incluant les femmes, les jeunes, les peuples Indigènes, les communautés locales et les minorités ethniques (fiabilité forte).



La Fresque du Numérique
Aurélien Déragne Yvain Mouneu

Les ressources en énergies fossiles et en métaux sont limitées : plus une ressource est extraite, plus elle se raréfie, et plus son extraction se fait avec un coût économique, énergétique et environnemental important.
Pénuries et flambées de prix de ressources critiques sont possibles, ce qui peut provoquer des tensions géopolitiques et des ruptures de continuité de services numériques.



La Fresque de l'Alimentation
Julien Briton Thomas Moulin

Plusieurs éléments peuvent expliquer l'importation de fruits et légumes : concurrence des prix, produits exotiques, saisonnalité, production trop faible...



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

(1) alléger l'empreinte écologique (2) de manière démocratique (3) dans un esprit de justice sociale (4) dans le souci du bien-être. Voilà les quatre éléments clés d'une stratégie de décroissance.



Créer une mini forêt-jardin
Charles Hervé-Gruyer

La charge de travail pour conduire notre mini forêt-jardin de 220m2 est de 84h par an, soit 22.8 minutes par mètre carré, et la productivité est de 53.8€/h.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'objectif d'une économie est l'organisation parcimonieuse du contentement.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

Avec l'adaptation au changement climatique, les besoins de financement sont plus importants que ceux présentés lors du précédent rapport en 2014, et une mobilisation plus avancée est nécessaire, tout comme l'accès aux ressources financières est essentielle pour implémenter l'adaptation et la réduction des inégalités d'adaptation.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

L'idée que ça va coûter beaucoup moins cher d'agir maintenant plutôt que de payer plus tard pour les conséquences. Il y a déjà beaucoup de travaux économiques qui mettaient ça en évidence. Ce qui est intéressant c'est que cette fois-ci, c'est noir sur blanc dans le rapport du GIEC. Ca veut dire qu'il y a suffisamment de travaux en économie qui vont tous dans le même sens pour qu'on puisse l'écrire dans le rapport du GIEC



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

L'économie linéaire prend les ressources et les utilise, en générant souvent beaucoup de pollution et de gaspillage à toutes les étapes du cycle de vie du produit. Dans l'économie circulaire, le besoin en matières premières est nettement réduit et chaque déchet est traité comme une ressource à réinjecter dans l'économie.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

71% des émissions mondiales peuvent être rattachées à seulement 100 entreprises, principalement dans le secteur de l'extraction d'énergie, et les 20 entreprises les plus polluantes causent un tiers de ces émissions.



Manger demain
Frédéric Wallet

Entre 2000 et 2020 les importations globales de produits agricoles et alimentaires sont passées de 20,9 milliards d'euros à 42,2 milliards d'euros.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Les flux financiers publics et privés destiné aux énergies fossiles sont toujours plus importants que ceux destinés à l'adaptation et atténuation du changement climatique (fiabilité forte).



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Selon diverses études, la suppression des subventions aux énergies fossiles devrait permettre de réduire les émissions mondiales de CO2 de 1 à 4 % et les émissions de GES de jusqu'à 10 % d'ici à 2030 avec des variations selon les régions (fiabilité moyenne).



La Fresque du Numérique
Aurélien Déragne Yvain Mouneu

La mutualisation permet de maximiser l’utilisation de matériel et d’en réduire le nombre. A-t-on besoin :
- de 50 box internet dans les 50 appartements d'une copropriété ?
- de 4 réseaux télécom différents ?
- de plusieurs écrans par personne ?
Cela peut impliquer de questionner les modèles économiques, et d’opter par exemple pour l’économie de la fonctionnalité.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Il est donc mathématiquement impossible de produire plus l'année d'après en utilisant seulement les déchets disponibles.



Créer une mini forêt-jardin
Charles Hervé-Gruyer

La valeur moyenne récolté sur 6 ans dans notre mini forêt-jardin de 220m2 est de 4522€ par an : 3635€ pour la strate herbacée, 778€ pour les petits fruits, et 109€ pour les fruits.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Selon le site globalrichlist.com (consulté en 2018) toute personne touchant 1 000 €/ mois ou plus en France ferait partie des 10% d’humains les plus riches du monde.



Manger demain
Frédéric Wallet

En quelques décennies, les gains de productivité de l'agriculture ont été multipliés parfois jusqu'à 1000, une hausse sans précédent dans l'histoire de l'humanité.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

La fortune procure un privilège énergétique : les 5% les plus riches de la planète utilisent plus d'énergie que la moitié la plus pauvre de l'humanité.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

Le temps climatique est profondément différent du temps de l'année actionnariale. Je crois beaucoup à la capacité potentiellement des actionnaires d'influer le cours de leur entreprise.



Dépasser les constats Mettre en oeuvre les solutions
Haut Conseil pour le Climat

Les conséquences matérielles et financières sont déjà importantes, en particulier sur les infrastructures, la production agricole, les écosystèmes (dépérissement des forêts). Les impacts sur la santé humaine sont aussi importants (surmortalité). L’exposition à l’intensification des aléas côtiers dus à la montée du niveau de la mer (inondation chronique à marée haute, submersions rapides, érosion littorale) et au recul du trait de côte croît considérablement.



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Une large part des Européens (740 millions de personnes) et des Américains (330 millions de personnes) font partie de ces « 10% les plus riches du monde » (750 millions de personnes).



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

Chaque dollar investi dans les transports en commun peut générer un bénéfice de 5 dollars.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

Les entreprises ne sont plus vraiment dirigées par leurs dirigeants qui pourraient encore envisager des stratégies de long terme et être soucieux de la pérennité de l'entreprise mais les entreprises pour beaucoup sont dirigées par leurs actionnaires qui vont demander des retours sur investissement à court terme, et quand vous allez investir pour le cilmat, vous n'allez pas pouvoir avoir des retours à court terme.



Greenwashing : Manuel pour dépolluer un débat public
Aurélien Berlan Guillaume Carbou Laure Teulières

Présenter la finance durable comme levier pour atténuer le changement climatique et réduire la perte de biodiversité est extrêmement biaisé et hautement discutable : des réglementations environnementales classiques imposant une réduction progressive de l'extraction et l'utilisation des énergies fossiles et de la destruction de biodiversité entraîneraient une réévaluation des profits futurs attendus de chaque activité économique concernée, et donc automatiquement une réorientation liée des flux de capitaux vers des activités moins polluantes/destructrices.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

Les plus grandes inégalités d'adaptation se trouvent dans les populations à faible revenus.



Le futur, entre 5G et Amish - Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix [ En direct ]
Philippe Bihouix Nicolas Meilhan

Une pompe à hydrogène à pistolet c'est un million d'euros.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Un découplage relatif, par exemple entre le PIB et les émissions de gaz à effet de serre, décrit une situation dans laquelle les émissions par unité de production diminuent mais pas assez rapidement pour compenser l'augmentation simultanée de la production sur la même période. Autrement dit : la charge écologique s'accentue avec la croissance de la production, bien que moins vite qu'elle.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

Ce qui est important et je trouve qui est révélateur dans ce qu'ils disent, c'est que souvent ils pensent à des choses qu'ils voient : le plastique dans les supermarchés, les brosses à dents en bois. Tout ça est important [...], mais il y a toute une série de mécanismes sous-jacent à l'économie auquel on ne touche pas et auquel il faudrait toucher.



Créer une mini forêt-jardin
Charles Hervé-Gruyer

En extrapolant l'étude menée au Bec Hellouin, on pourrait estimer qu'une mini forêt-jardin de 500m2 plantés produira un chiffre d'affaires de 10 000€ et nécessitera un temps de travail dans la forêt de 183h (un mois de travail réparti sur l'année, ne pas oublier d'ajouter le temps de travail dédié aux tâches connexes).



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

Comme le dit Yves Cochet, "la théorie économique néoclassique contemporaine masque sous une élégance mathématique son indifférence aux lois fondamentales de la biologie, de la chimie et de la physique, notamment celles de la thermodynamique".



Inventons Nos Vies Bas Carbone
Gildas Véret Claire Véret Arnaud Brulaire Jean-Baptiste Dusson François-Joseph Grimault Mathieu Hestin

Les 50% de la population les plus défavorisés émettent 20% de l’empreinte nationale, quand les 20% les plus riches émettent 50% de l’empreinte nationale.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

Ramené au temps de travail, la majorité des agriculteurs se rémunère donc à un taux horaire inférieur à 70 % du SMIC. Pour un quart des exploitations, le revenu dégagé par travailleur est inférieur à 600 euros par mois, et ce avant même d’éventuelles cotisations sociales. De l’autre côté de l’échelle, les 10 % d’exploitations les plus rémunératrices parviennent à un revenu mensuel avant cotisations supérieur à 5 500 euros.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Les 10% les plus riches à l'échelle de la planète sont responsables de la moitié des émissions totales de gaz à effet de serre.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

La gouvernance pour la résilience est rendue possible par des ressources technologiques et humaines adéquates, la circulation de l'information, les moyens mis en oeuvre et la finance.



La Fresque du Climat
Cédric Ringenbach

Afin de soutenir la croissance économique, nous avons besoin de toujours plus d’énergie.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Dans l'industrie, l'électrification et les flux de matériaux circulaires contribuent à réduire les pressions environnementales et à accroître l'activité économique et l'emploi. Toutefois, certaines options industrielles pourraient imposer des coûts élevés (fiabilité moyenne).



L'évolution INCROYABLE de nos SOLS en 10 ans ! Avec François Hirissou (Bonus Documentaire)
Ferme de Cagnolle

Si on regarde le prix de la tonne de CO2 sur le marché du carbone, et les primes aux agriculteurs qui sont en train de voir le jour, on est autour de 30€ la tonne. Quand tu stockes 70 tonnes par hectare par an, on est autour de 2100€.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

La prospérité économique provient en partie de l'accumulation de déficits écologiques : des coûts qui n'apparaissent pas dans les livres comptables mais que quelqu'un devra payer en fin de compte.

$


Réaliste
Bertrand Piccard

D'après un rapport de l'Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables (IRENA), le coût de l'électricité photovoltaïque a baissé de 82% depuis 2010, et cette tendance va s'intensifier dans le futur.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Le PIB est défini comme "la somme valeurs ajoutées brutes de toutes les unités institutionnelles résidentes qui exercent des activités de production". La valeur ajoutée est définie comme "la valeur créée par la production", ou plus précisément "la contribution du travail et du capital au processus de production."



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

En 2020, l'économie mondiale a consommé 100,6 Gt de ressources naturelles : 50,8 Gt de minerais, 10,1 Gt de métaux, 15,1 Gt de combustibles fossiles, et 24,6 Gt de biomasse.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

L'adaptation au changement climatique peut générer des effets bénéfiques additionnels comme augmenter la productivité agricole, la création d'innovation, la santé et le bien-être, la sécurité alimentaire, le niveau de vie, la conservation de la biodiversité et également réduire les risques et les dégâts.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'intensité matérielle de l'économie mondiale (la quantité de matières premières extraites par point de PIB) a augmenté de 60% entre 1900 et 2009.



Qui veille au grain - Sécurité alimentaire : une affaire d'État.
Les Greniers d'Abondance

La transition agroécologique crée de fait des « actifs échoués », c’est-à-dire des actifs dont la valeur chute en raison des nouvelles pratiques et normes. C’est le cas par exemple des bâtiments d’élevage hors-sol, des serres chauffées, du matériel agricole très spécialisé (robot de traite, arracheuse à betteraves) ou des sites industriels où se concentre la majeure partie des activités agroalimentaires. La transformation des systèmes de production passe donc par la mise au point de mécanismes de compensation de ces pertes.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

C'est la grande théorie d'un économiste qui s'appele Kuznets, qui a fait une célèbre courbe qui disait que plus les gens allaient devenir riche, plus ils allaient avoir les moyens de faire attention à leur empreinte sur l'environnement et donc leur empreinte carbone allait diminuer. Le problème c'est qu'on voit que dans la réalité ça marche pas et qu'en réalité l'empreinte carbone des plus pauvres est souvent très inférieure à celle des plus riches.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

La dépense de fuel, de gaz, d'électricité, d'essence représente entre 5 et 7% des revenus des ménages en France.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

Les impacts négatifs du réchauffement climatique peuvent réduire l'accès aux ressources financières en générant des pertes et dégâts, et en altérant la croissance économique nationale, augmentant ainsi encore les contraintes financières d'adaptation, particulièrement pour développer au moins les pays développés.



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Selon un rapport de France Stratégie, les 50% des ménages les plus modestes devront réduire leur empreinte carbone de 4% d'ici à 2030, contre 81% pour les 10% des ménages les plus riches.



Un café décroissant S01 E01
François Gemmene

On est parti pour vivre ça régulièrement, et si on veut éviter des drames humains, et des pertes économiques trop lourdes, il faut investir dès maintenant pour l'adaptation.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 2)
GIEC

La gestion de l'eau dans les fermes, le stockage d'eau, la conservation de l'humidité des sols et l'irrigation sont les réponses les plus communes en matière d'adaptation, et elles possèdent des bénéfices économiques, institutionnels et écologiques tout en réduisant la vulnérabilité (fiabilité forte).



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

L'empreinte matérielle de l'ensemble des nations de l'OCDE a doublé entre 1990 et 2008 en relation directe avec l'activité économique, chaque augmentation de 10% du PIB s'accompagnant d'une augmentation de 6% de l'empreinte matérielle.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

On voit bien qu'en produisant soi-même, hors marché, on réduit à la fois l'empreinte écologique et le PIB tout en améliorant une certaine forme de satisfaction personnelle.



Le pari de la décroissance
Serge Latouche

L'environnement, pour l'essentiel, se situe hors de la sphère des échanges marchands. Aucun mécanisme ne s'oppose à sa destruction.



La Fresque de la Biodiversité
Géraldine Vuillier Geoffrey Vuillier Charles Sirot

Une potentielle instabilité économique et politique résultant de l'érosion du capital naturel peut entraîner l'apparition de conflits armés.



Le Monde sans fin
Jean-Marc Jancovici Christophe Blain

GES = (GES/E) × (E/PIB) × (PIB/POP) × POP

GES = Gaz à Effet de Serre
E = Énergie
POP = Population



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

L'équité reste un élément central du régime climatique des Nations unies, malgré les changements de différenciation entre les États au fil du temps et les difficultés à évaluer les parts équitables. Les conséquences distributives au sein des pays et entre eux comprennent le déplacement des revenus et des emplois pendant la transition des activités à fortes émissions vers celles à faibles émissions. Si certains emplois peuvent être perdus, le développement à faibles émissions peut offrir davantage de possibilités d'améliorer les compétences et de créer davantage d'emplois durables, avec des différences entre les pays et les secteurs.



Le changement climatique en 101 infographies
Frans Berkhout Clive Gifford Daniel Hooke Adam Levy

En plus de désengorger les villes et de réduire les émissions de carbone, les transports en commun peuvent avoir un impact économique positif "vert" pour les villes et améliorent la qualité de vie des habitants.



Rapport du GIEC (AR6, Groupe 3)
GIEC

Par rapport aux trajectoires qui supposent la poursuite des politiques mises en œuvre à la fin de 2020, le PIB mondial évalué atteint en 2050 est réduit de 1,3 à 2,7 % dans les trajectoires modélisées qui supposent une action mondiale coordonnée débutant d'ici à 2025 au plus tard pour limiter le réchauffement à 2 °C (>67 %).



Ralentir ou périr. L'économie de la décroissance
Timothée Parrique

Chaque fois que l'on transforme quelque chose qui se trouvait hors de la sphère monétaire en un produit qui peut être vendu, le périmètre de l'économie s'élargit (croissance expansive).



Greenwashing : Manuel pour dépolluer un débat public
Aurélien Berlan Guillaume Carbou Laure Teulières

Plus on est riche, plus on émet de GES : en France un ménage appartenant aux 10% plus riches émet en moyenne 2,2 fois plus qu'un ménage appartenant aux 10% plus pauvres. En invisibilisant ces asymétries sociales face au carbone, "l'éco-citoyen" fait oublier que les styles de vie valorisés socialement sont bien moins soutenables que les autres.



Le futur, entre 5G et Amish - Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix [ En direct ]
Philippe Bihouix Nicolas Meilhan

Depuis dix ans, je crois que ce sont trois cents milliards d'euros qu'ils y ont mis [pour la rénovation thermique], la consommation énergétique des appartements n'a pas baissé.